La naturopathie

N’importe qui s’occupe de ses maladies, le sage soigne sa santé.

 1. Qu’est-ce que la naturopathie

C’est un ensemble de techniques naturelles qui utilise les lois de la vie afin de maintenir, retrouver et optimiser la santé. Elle vise à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens comme l’hygiène de vie, la diététique, les massages, la phytothérapie, les compléments alimentaires comme les oligoéléments, vitamines…

J’ajoute que la naturopathie vise à rendre l’homme responsable de sa santé et de sa préservation, car le meilleur médecin pour chacun de nous c’est nous-même !

On parle souvent de naturopathie holistique (du grec holos = tout) qui considère l’homme dans sa globalité, c’est-à-dire à la fois corps physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel, en lien avec l’humanité et la nature. C’est vaste ! Mais tout étant en tout, on ne peut séparer ces différents aspects.

 2. Les racines historiques de la naturopathie

On distingue deux grandes sources. La première nous vient d’Hippocrate (460/377 av J.C.) : le plus grand médecin de l’antiquité. Ses préceptes étaient  » D’abord ne pas nuire « ,  » Que l’aliment soit ton seul remède « ,  » Médecin soigne-toi toi même « ,  » A tout patient tu feras un régime  »

La seconde regroupe la sagesse des grandes civilisations d’Orient ou d’Occident : les Esséniens, les prêtres médecins de l’Egypte antique, de l’Inde ou de l’Amérique Maya,l’intuition perçante des maîtres de la Chine ou du Tibet, les Sumériens, les Amérindiens du Nord, …

Les points communs à ces différentes médecines dites traditionnelles :
– La connaissance, le respect, et l’utilisation de la Force Vitale auto guérisseuse (le prana, le chi, le Qi, le pneuma, …)
– La primauté de l’hygiène préventive sur l’intervention (le praticien chinois qui n’était rémunéré que tant que son patient demeurait en parfaite santé)
– L’utilisation de substances naturelles n’ayant pas d’effets secondaires, et limitation des remèdes toxiques
– La conception de l’homme dans sa globalité : holisme de la santé
– Le respect de la nature

3. Les origines de la naturopathie contemporaine

Nous les devons à Pierre Valentin Marchesseau né le 21 Mars 1911 à Bizerte, et mort le 20 Décembre 1994. D’origine charentaise, professeur d’éducation physique, licencié en philosophie, international de rugby, haltérophile de bon niveau, artiste peintre à ses heures, tel est le profil de cet homme d’exception.

Il fit tout d’abord un parcours académique des plus classiques mais particulièrement complet : doctorat en philosophie, études de droit, et médecine.

Il fut ensuite au contact des grands naturopathes et humanistes de l’époque, tout d’abord aux USA : Lutz, Mac-Fadden, Krishnamurti puis en France : Carton, Mono, Dr Georges Rouhet, Edmond Desbonnet, ce qui lui permit de continuer ses recherches et de mettre au point en 1935 sa synthèse : la naturopathie orthodoxe.

Elle s’appuie sur les travaux de très nombreux chercheurs qui mirent au point des technologies naturelles très performantes utilisant l’eau, les aimants, les régimes, les massages, l’hypnose, les tisanes, etc.
Cela donna des hygiénistes et des thérapeutes dont certains firent école jusqu’à nos jours.
Citons en vrac quelques noms : Le Senne (morpho-psychologue), Jausas (iridologue), Knapp (réflexothérapie), Kirlian, Gattefosse (phyto-aromathérapie) , Still (ostéopathie), Shelton (jeûne thérapeutique), Kneipp (hydrothérapie), Mono (alimentation), etc .

P.V. Marchesseau présenta les trois cures toujours enseignées : désintoxication, revitalisation, stabilisation, ainsi que 10 techniques naturopathiques :

  • alimentation,
  • exercices physiques,
  • psychologie relaxation,
  • hydrologie,
  • techniques manuelles,
  • techniques respiratoires,
  • phyto-aromathérapie,
  • magnétisme,
  • réflexologie,
  • chromothérapie, héliothérapie, colorthérapie

4. La place de la naturopathie aujourd’hui

Elle se situe dans une complémentarité des approches entre :

  • l’allopathie : médecine d’intervention et d’urgence
  • les médecines  » douces  » : parfaites pour les patients âgés ou les enfants, et chaque fois que les adultes ne peuvent ou ne veulent pas s’investir dans les efforts demandés par la pratique des techniques naturopathiques de fond.
  • La naturopathie : prévention, éducation à la santé, hygiène de vie, support de l’auto guérison.

 5. Les grands principes de la naturopathie

Le Vitalisme

C’est un concept qui suppose une force vitale, cette force universelle intelligente qui soutient, organise, restaure, développe, soigne et guérit.
Elle se manifeste dans :
– Une plaie qui cicatrise sans intervention extérieure
– Une fièvre salutaire qui neutralise l’infection
– Une côte brisée qui se ré ossifie seule, sans même pouvoir la plâtrer
– Une diarrhée qui sauvera de telle intoxication
– Une simple inflammation tissulaire qui attirera localement des liquides nutritifs et immunostimulants.
– La banale douleur qui attire notre attention vers une zone en souffrance

La preuve de la circulation de l’énergie dans le corps a maintenant été faite par le Dr David Alimi de l’Université Paris XIII de Bobigny.

C’est avec une expérimentation de visualisation thermographique infrarouge que les points d’acupuncture de la médecine traditionnelle chinoise ont pu être objectivés. Voir le lien en fin du livre.

L’Humorisme

C’est la science hippocratique des humeurs c’est à dire des liquides du corps : sang, lymphe, liquides interstitiels et cellulaires, qui représentent 60 à 70% du volume corporel moyen.

Rendez-vous compte que 2400 litres de sang circulent dans le foie en 24 heures, que nos 200 hectares de tissus sont irrigués par 100 000 km de capillaires, et que 130 à 200 m2 de surface pulmonaire totale viennent oxygéner nos 5,5 litres de sang chaque minute !

C’est l’homéostasie qui maintient tous les paramètres corporels à leur juste valeur (pH, température, etc.).

Mais elle peut être perturbée par la sédentarité, les mauvaises habitudes alimentaires, le stress, des éliminations insuffisantes ou irrégulières, une sous oxygénation chronique, les perturbations électromagnétiques ou climatiques, etc.
Les carences et les surcharges déséquilibrent peu à peu le terrain biologique constitué par nos échanges humoraux perpétuels.
D’où l’intérêt des cures de désintoxication pour éliminer les surcharges et la cure de revitalisation pour combler les carences.

L’Hygiénisme

C’est l’ensemble des techniques d’hygiène vitale :
– Art de manger sain
– Art de respirer sain
– Art de bouger sain
– Art de dormir sain

Pour les auteurs américains l’hygiénisme est égal au naturisme.

Le Causalisme

C’est la recherche de l’origine des troubles, qui seule peut apporter la varie guérison, même s’il faut aussi s’occuper des symptômes. Hippocrate disait : « Devant la maladie, cherchez la cause, et ôtez-la ; mais cherchez aussi la cause de la cause et ôtez-la ; cherchez enfin la cause de la cause, et ôtez-la. Telle est la véritable guérison.  »

On remarque que bien souvent la cause d’un trouble est d’ordre environnemental, énergétique ou émotionnel.

L’Holisme

Du grec holos (tout, entier) il consiste à considérer la personne dans sa globalité.
Nous distinguons 6 plans différents dans une personne :

  • Le plan physique : le plus connu, le plus dense, c’est notre corps physique.
  • Le plan énergétique : bien étudié par les sciences modernes quantiques : spectrographies Kirlian, cristallographies, sur lequel agissent l’homéopathie et l’acupuncture par exemple.
  • Le plan émotionnel, siège des sentiments, désirs et émotions.
  • Le plan mental : ou intellect, siège de la pensée. Le psychisme humain englobe le plan émotionnel et le plan mental
  • Le plan spirituel : siège des potentialités supérieures de l’être humain, et qui s’expérimente par des intuitions, inspirations artistiques, extases mystiques, expansions de conscience, …
  • Le plan socioculturel : est fait des réalités relationnelles interfamiliales, professionnelles, médiatiques, raciales, planétaires.
    Il représente globalement le concept d’inconscient collectif de Jung.

La grande difficulté du naturopathe holistique (car tous ne le sont pas) est de pouvoir répondre avec cohérence, vision, clarté sur tous ces plans là.

 6. Les trois clés essentielles pour gérer sa santé

Etre bien dans son corps grâce à des exercices physiques individualisés : danse, marche, vélo, natation, tai-chi-chuan ou simple jogging en forêt. Les bienfaits de l’exercice physique sont nombreux : l’oxygénation du sang et des cellules, l’activation de la circulation du sang et de la lymphe, la stimulation de l’évacuation des toxines par la sudation, la combustion des graisses accumulées, la revitalisation, la relaxation psychologique, …

Etre bien dans sa tête et son cœur : Une hygiène de vie harmonieuse intègre naturellement de quoi installer le bien-être nécessaire sur ce plan :

· Respect des rythmes biologiques
· Alternance du travail et du repos
· Temps de relaxation créative ou passive

Pour nous aider face aux dégradations imposées par le milieu stressant et anti physiologique de notre société, le naturopathe est formé aux techniques psychothérapeutiques pouvant rapidement accompagner les individus dans leur prise en charge personnelle : relaxation, sophrologie, yoga,…

Etre bien dans son assiette : en quelques mots retenons qu’une alimentation optimale devrait répondre positivement aux critères suivants :

  • Etre d’origine biologique ou mieux encore, biodynamique ;
  • Etre consommée la plus fraîche possible, avec de larges proportions de cru, notamment de produits germés ;
  • Avoir subi le moins de raffinage possible ou de manipulations chimiques, thermiques ou ionisantes ;
  • Répondre aux besoins réels de l’espèce humaine, mais aussi aux besoins spécifiques liés aux constitutions, tempéraments, climats, travaux, pathologies éventuelles, profils psychologiques, etc.
  • Concilier qualité du repas, quantité des aliments ingérés, et surtout  » attitude nutritionnelle  » intégrant convivialité, plaisir des mets et du partage : joie et frugalité demeurant, en dernière analyse, les mots à retenir et graver en lettres d’or sur sa table à manger ! Réfléchissez un moment à ceci : sans joie, donc sans plaisir, les plats les plus bio du marché, les mieux combinés et les mieux mastiqués vous resteront sur l’estomac… · Et sans modération – la frugalité – toute la science diététique ou naturopathique ne pourra rien pour vous. Or, inversement, combien de fois avez-vous fait personnellement l’expérience d’un repas  » conventionnel « , même très arrosé, dont la digestion ne vous a posé aucun problème parce que c’était un repas de fête entre amis !

 7. Les trois cures naturopathiques

La cure de désintoxication : c’est un temps d’épuration de tous nos excès dus à l’alimentation, le stress, la sédentarité, c’est un véritable nettoyage biologique de toutes nos cellules. Les cures de remise en forme à base de jeûne ou mono diète et de randonnée font partie de ces cures.

La cure de revitalisation : après avoir éliminé les excès durant la 1ère cure, celle-ci s’emploie à combler les carences (en protéines, lipides, vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes, voire hormones, liquides, fibres, soleil, oxygénation, mouvement, chaleur humaine, …). Le naturopathe conseillera donc une alimentation spécifique et la prise éventuelle de compléments alimentaires adaptés à chaque personne.

La cure de stabilisation : elle est très souvent de l’ordre du mythe ou de l’utopie, ne nous leurrons pas, car durant cette cure terminale tout devrait converger vers l’harmonie biologique, psychologique, sociale, voire spirituelle. C’est un état de bien-être connu souvent en vacances dans un lieu de détente, et c’est aussi le temps du travail sur soi qui permet de grandir.

 8. La consultation chez un praticien de santé naturopathe

Elle se déroule en deux étapes. Tout d’abord le bilan de vitalité qui est fait grâce à l’examen morphopsychologique, puis l’examen de l’iris (iridologie) et enfin la prise des pouls chinois aux deux poignets. Tout ceci permet d’apprécier la vitalité de la personne, son héritage ancestral, l’usage qu’elle en a fait jusqu’à ce jour et d’orienter vers des corrections éventuelles appropriées.

La seconde partie consiste à élaborer le Programme d’Hygiène Vitale personnalisé, qui est remis au patient.
Il comporte des conseils généraux d’hygiène de vie, d’alimentation, de gestion du stress, et propose d’éventuels compléments alimentaires.

 9. Les meilleures indications de la naturopathie

Bien sûr sans aucun doute tous les individus encore en bonne santé ! C’est là que peut s’exercer la vraie prévention par l’hygiène de vie.
La majorité de la clientèle des naturopathes consulte pour des désordres fonctionnels c’est-à-dire gênants mais ne pouvant pas être décelés aux analyses et non lésionnels, pour lesquels les résultats sont les meilleurs :

  • rhumatismes aigus ou chroniques
  • troubles ORL à répétition chez les enfants
  • chez les dyspeptiques, colitiques, insuffisants digestifs de tous genres
  • les obèses, ou plus banalisés, les personnes souffrant de surcharges pondérales
  • les insomniaques, spasmophiles, déprimés et autres dystoniques du système nerveux végétatif.

10. Les limites et les échecs de la naturopathie
Les limites sont fonction de la détermination active du patient, et les échecs rencontrés sont essentiellement fonction des investissements du patient. Jusqu’où comprendra-t-il réellement le bien-fondé des réformes de vie saine que nous lui proposons ? Jusqu’à quelle limite pourra-t-il les intégrer dans sa vie ?
Patientera-t-il suffisamment, si les troubles dont on s’occupe sont anciens et bien enracinés, pour obtenir des résultats probants ?
Les pathologies qui posent le plus de difficultés ne sont pas en elles-mêmes répertoriables : c’est la complexité et l’intrication des causes qui posent problème.

Une banale dermatose comme l’eczéma peut avoir de multiples causes : nutritionnelles, hormonales, et surtout psycho émotionnelles, et le patient devra se responsabiliser vis à vis de notre prise charge étape par étape, en acceptant les réformes proposées.

Dans les cas de pathologies lourdes, neurologiques, dégénératives ou auto-immunes, aucun naturopathe digne de ce nom ne prétendra prendre à lui seul en charge le malade. L’association des différentes approches de la médecine est dans ce cas indispensable.

 11. Les cinq missions du naturopathe d’aujourd’hui

– LA PREVENTION. Il s’agit essentiellement de prévenir activement les maladies par une hygiène de vie optimum.

– L’EDUCATION SANITAIRE. Elle doit s’opérer principalement via les médias spécialisés ou non et au plan de l’individu (consultations). L’information est aussi proposée dans les écoles, lycées et les entreprises.

– LA COMPLEMENTARITE D’ACTION avec les corporations médicales (diagnostic toujours posé par un médecin, respect des traitements médicaux en cours, connaissance des cas d’exclusion faisant renvoyer au médicin allopathique tous les cas graves ou suspects) est essentielle.

– LE RESPECT ET LA STIMULATION DE L’AUTO-GUERISON par une simple réforme individualisée des habitudes de vie et la mise en œuvre de cures naturopathiques, chaque fois que la force vitale s’avère suffisante. C’est l’art de révéler et d’accompagner le « Médecin intérieur » cher à Hippocrate, et les prodigieux pouvoirs de régénération qui sommeillent en chacun…

– L’ACCOMPAGNEMENT DE LA CROISSANCE DE CHACUN : soucieux des richesses créatrices, affectives, intellectuelles ou spirituelles latentes, le praticien accompagne au mieux le développement du potentiel de chacun. Ses objectifs de qualité de vie et d’harmonie participent ainsi à la construction d’une société faite d’individus « bien dans leur corps, bien dans leur assiette, et bien dans leur cœur et leur tête » (naturopathie  » holistique « ).

Un  » devoir de cohérence  » fait aussi que le naturopathe s’applique personnellement à vivre et pratiquer au mieux ce qu’il enseigne.

L’antique origine essénienne du mot Thérapeute correspond à  » bon compagnon sur le chemin de la santé  » ou bien, pour d’autres traducteurs,  » celui qui prend soin de l’Etre « .

Share Button

3 réflexions au sujet de « La naturopathie »

    • Oui en effet il y a pas mal d’écoles de naturopathie aujourd’hui et le choix n’est pas simple. Je conseille si possible de rencontrer les responsables de l’école, car chacun a une personnalité différente qui rejaillit sur l’enseignement. Bien demander aussi le nombre d’élèves réellement présents en cours car certains sites sont trompeurs et on peut se retrouver à 40 par cours. Certaines cursus se font en 1 an (Euronature), d’autres en 18 mois (Cenatho) ou en 2 ou 4 ans aussi (Aesculape à Aix et Lyon).
      Bonne recherche.

  1. Votre définition est vraiment complète et permet véritablement de comprendre ce qui cache derrière ce terme trop souvent méconnu. Je pense que quiconque consulte votre article, sera mieux informé sur la naturopathie. Merci de prendre le temps d’informer le grand public sur ce domaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 − = un

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>